Logo Association des Gîtes

Réseau des Gîtes Classifiés

Les gîtes classifiés du Québec

du Québec, Canada


10, rue de la Chapelle - La Malbaie (Québec)
Canada G5A 3A3

Tél. : +1 418 665 2323

 

LE GÎTE FAMILIAL :
Un produit à part entière, un produit d'avenir !

 

Cela fait longtemps maintenant que le Réseau des Gîtes Classifiés du Québec défend l’idée que les gîtes familiaux constituent un produit à part entière dans l’industrie touristique du Québec.

Plusieurs éléments viennent aujourd’hui le confirmer et avec quel poids !

Heart.gif (28127 bytes) Le Journal de Montréal - 27.10.98

Dans la rubrique Voyages, Paul Simier cite M. Larry Cross, Président de Tipz International, une compagnie de consultation qui a fourni, lors d’un colloque organisé par l’Association des Hôteliers du Québec " des exemples de produits et de concepts qui sont de nature à répondre à la demande des vacanciers de demain. Les gîtes touristiques au Québec, malgré le fait que l’on en dénombre déjà 1350 officiellement, vont continuer d’augmenter. Ce que les vacanciers recherchent dans cette formule, c’est la tranquillité et l’atmosphère familiale, dans un environnement pittoresque et agréable, et surtout différent de celui des motels et hôtels. "

Heart.gif (28127 bytes) Un produit de qualité

De fait, la demande existe. Les touristes internationaux viennent en nombre dans les gîtes familiaux, à la recherche de leur ambiance conviviale. Les québécois sont aussi de plus en plus nombreux à découvrir les mérites de ce mode d’hébergement. Cela n’a rien à voir avec des considérations économiques ; les visiteurs des gîtes ne sont pas nécessairement des touristes de "seconde zone" qui s’accommoderaient d’un style d’hébergement "bon marché", c’est justement le contraire.

L’important est d’offrir un produit de qualité, répondant à des normes fiables d’hygiène et de sécurité. Il s’agit d’un préalable essentiel et c’est l’option qui a été retenue, dès les départ en 1995, par le RGCQ. Il n’était pas nécessaire d’attendre pour cela que les fonctionnaires de Tourisme Québec mettent sur pied un "programme de qualité" à grand renfort de fonds publics.

Heart.gif (28127 bytes) Un système de classification, sur quelles bases et pour quel but ?

La notion de qualité de services apparaît clairement dans le système de classification institué par le RGCQC qui répond à la fois à un souci de clarté vis à vis des touristes et qui s’appuie aussi sur le caractère familial de l’activité du gîte.

D’un autre côté, les initiatives avancées par Tourisme Québec ont de quoi nous laisser songeurs.

Il s’agirait, à en croire leurs déclarations, d’un système répondant à des normes "internationales". Dans le même temps, l’agence gouvernementale en vient à affirmer que toute autre grille qui ne serait pas issue de ses propres cogitations, ne répondrait pas à ces fameuses normes (voir à ce sujet le courrier de Claude Laporte, Directeur des Établissements Touristiques, TQ).

Heart.gif (28127 bytes) Pris à leur propre piège

En fait, Tourisme Québec doit bien, à un moment ou à un autre, rendre des comptes sur l’utilisation des fonds publics qu’il a reçus pour mettre sur pied un système de classification des établissements touristiques du Québec. Parallèlement, il doit concilier bien des intérêts contraires : la pression des lobbies hôteliers, les attentes réelles de la clientèle et la nécessité de paraître comme le leader de l’industrie touristique. La tâche est délicate parce que le système proposé, de zéro ( !) à cinq étoiles, ne reçoit pas l’agrément des intéressés. Comment cela se pourrait-il d’ailleurs, alors qu’il n’existe pas de système harmonisé au plan international (lire notre article page suivante).

A partir de cet instant, il ne reste plus à Tourisme Québec que la stratégie du "passage en force", en utilisant quelles vieilles méthodes, internationales celles-là :


  • La désinformation - En laissant croire que certains produits, en particulier les gîtes familiaux, n’offrent pas le rapport qualité/prix. C’est en quelque sorte ce qui découle indirectement de l’offre de Tourisme Chez l’Habitant en France (lire notre encart),

  • Le contrôle de la publicité et de la promotion - Que ce soit à partir des A.T.R. qui commencent à fermer l’accès à leurs guides en faisant valoir des exigences financières de plus en plus insupportables ou que ce soit à partir du Guide Hébergement Québec, où ne figureront plus à court terme que les établissements classifiés par TQ. L’incitation est très forte, parce que les établissements les plus faibles, ceux qui disposent de peu de moyens financiers pour leur publicité, se sentent dès lors contraints de se plier à un système de classification, même s’ils ne l’approuvent pas, pour continuer à bénéficier de la promotion.
  • L’arme réglementaire - C’est la dernière étape et elle ne devrait plus tarder maintenant. Elle consisterait à imposer aux établissements touristiques d’être classifiés par TQ pour pouvoir obtenir leur permis de tourisme.

La lecture de la revue française Voyager (septembre 1998) démontre une fois encore combien les touristes sont volontairement induits en erreur. Le magazine consacre un dossier complet au Québec (spécialement Montréal) et on lit clairement qu’un hébergement "Chez l’habitant" coûte plus cher qu’une chambre dans un hôtel 3 étoiles !

Les gîtes concernés (Gîtes du Passant), mis à disposition par Tourisme chez l’Habitant, sont classés dans une catégorie de prix variant de 95 à 120 $ par personne (sans compter les frais d’inscription !), selon la localisation de l’hébergement plus ou moins proche du centre ville. Il faut souligner que ces tarifs, très supérieurs à ceux qui sont pratiqués sur place au Québec, constituent d’ailleurs une exception dans les pratiques habituelles de Tourisme Chez l’Habitant.

Les chambres d’hôtes proposées par cette agence dans d’autres pays (Grande Bretagne, Irlande, etc.), le sont à un prix plus proche de la réalité.

Plusieurs visiteurs de nos gîtes se sont spontanément proposé d’intervenir auprès des Associations de Consommateurs en France pour dénoncer ces abus. Le dossier reste donc à suivre.


Heart.gif (28127 bytes) Une stratégie condamnée d’avance

Dans la réalité, le plan de Tourisme Québec se heurte déjà à bien des difficultés. Son "programme de qualité" revient à instituer un système harmonisé, certes... au plan provincial ! Il n’a pas de correspondance ni avec le reste du Canada, ni davantage avec le monde entier.

À terme le résultat pourrait être bien éloigné des objectifs recherchés et défendus devant les parlementaires. Beaucoup de fonds publics dépensés pour peu de chose au bout du compte.

Comme le souligne la compagnie de consultation citée par le Journal de Montréal, la demande internationale pour les gîtes familiaux existe et elle va se développer.

Le système de classification instauré par Tourisme Québec ne pourra jamais rien retirer à la valeur de celui du Réseau des Gîtes Classifiés du Québec pour les gîtes familiaux, qui est une marque déposée, qui a une existence légale, qui est reconnu et apprécié par les visiteurs et qui est exposé au plan international par le biais du site Internet de l’Association.

De fait, la promotion et la publicité des Gîtes Classifiés existent, elles se propagent et se popularisent partout dans le monde entier.

La carte des Gîtes Classifiés est distribuée gratuitement au Québec et en Europe auprès des visiteurs potentiels, et nous faisons connaître directement notre produit tant auprès des individus qu’auprès des collectivités en France.

Enfin, le Réseau des Gîtes Classifiés du Québec a une existence légale et une légitimité incontestable.

Il œuvre et continuera d’oeuvrer pour la défense et la reconnaissance
des gîtes familiaux du Québec ...


Source : Flux & Reflux / Novembre 1998 - Tel : 418 665-1114 / Fax : 418 665-6996
Courriel : aggite@gites-classifies.qc.ca


Copyright © 1998 - 2005 A.G.G. Tous droits réservés

 

Réseau des Gîtes Classifiés