Gîtes Classifiés Québec Canada

Formulaire de réservation

L'enseigne des
Gîtes Classifiés




Pour adhérer au Réseau des Gîtes Classifiés

DOSSIER :
Aux professionnels
du tourisme


PARTENAIRES :



1150 portes ouvertes pour vos vacances...

 

 Sous la bonne ou la mauvaise étoile…

Tranquillement, pas vite, subtilement, la CITQ a fini par dévoiler le vrai visage de sa classification.
Une classification aux « normes internationales » aurait juré Tourisme Québec ou, du moins, avec un symbole hôtelier international celui-là : l’étoile !

Si certains propriétaires de gîte qui ont reçu dernièrement la facture pour l’année 2002 (le permis est abrogé mais l’attestation de classification annuelle a un prix, elle !) avec le manuel du parfait futur étoilé, n’en croient pas leurs yeux ou si de nombreux autres sont passés trop rapidement sur l’endos de la première page du Guide de Classification et sa petite phrase clé « le nombre d’étoiles caractérise un gîte touristique comme suit… », nous ne sommes pas surpris pour notre part de la tournure que prennent les événements. Nous l’avions largement anticipée et annoncée, il y a déjà 3 ans !

C’est logique : un hôtelier applique la classification qu’il connaît, celle des établissements hôteliers. Un hôtel obéit à des standards (taille des chambres, salles de bains, commodités et services), il est construit pour et en fonction d’eux. Et un hôtelier ne sait appliquer que ce genre de classification ; les gîtes touristiques non seulement ne l’intéressent pas, mais pire il les considère comme ses compétiteurs, surtout lorsque la conjoncture est moins bonne et que l’achalandage baisse. Un hôtelier suit de près ses investissements, ce qui est bien normal, et lorsque son taux de remplissage n’est pas suffisant, que sa rentabilité en souffre, il lui faut bien trouver des manières de les améliorer.

Le propriétaire de Gîte, lui, le plus souvent, a peur ; il ne sait pas ce qu’il va devenir avec un système pareil.
Il réalise, parfois tardivement, qu’il est bien possible que sa demeure ne vaille peut-être même pas une étoile… Parce que ses chambres n’ont pas la superficie de celle d’un établissement hôtelier, parce que ceux qui ont construit sa demeure, surtout lorsqu’il s’agit d’une maison ancestrale, n’ont pas eu l’idée judicieuse de prévoir à l’époque des salles de bains partout.
Bien sûr les visiteurs qu’il a reçus l’ont toujours trouvé beau, son gîte. Mais vont-ils lui trouver autant d’attraits, vont-ils même seulement s’y intéresser et y réserver une nuitée, lorsqu’il n’affichera qu’une, deux étoiles…ou peut-être aucune ?

Alors que reste-t-il au propriétaire de gîte, puisque c’est maintenant la Loi qui lui impose ce certificat de classification,  pour faire valoir ce qui le caractérise, la chaleur de son accueil, la valeur de son hospitalité familiale ?
Abattre les cloisons de sa maison, la dénaturer au prix de dépenses qu’il n’amortira jamais ?
Refuser ou contester ? Trop tard ! La CITQ a pris les devants pour éviter les troubles et fait signer une clause immunité à l’égard de ses agents dans son formulaire de demande classification (paragraphe 4) !
Renoncer, tout simplement et peut-être, fermer son gîte… c’est certainement l’objectif recherché, finalement. D’ailleurs, un ancien ministre délégué au Tourisme, David Cliche (qui a depuis terminé sa carrière politique sur l’autoroute de l’information) l’avait annoncé à l’époque : lorsque nous aurons appliqué notre système de classification, près de la moitié des gîtes au Québec
aura fermé !

Et nos Gîtes du Cœur sont toujours là ! Et pourtant, presque tout à été fait pour les voir disparaître du portrait (ce doit être bien lassant d’annoncer notre mort à tous les ans et de nous voir toujours là et bien en vie). Et nos petits cœurs qui sont l’emblème de tout ce que nous sommes, de tout ce que nous offrons ! Ces petits cœurs que nos visiteurs adorent et popularisent dans le monde entier.

Il est vrai que nous mettons toute notre âme et notre énergie dans notre association, dont nous sommes fiers des origines : la Gaspésie ! Nous y avons puisé toute notre ténacité et notre détermination.

Alors que restera-t-il, en bout de piste, pour que le touriste à la recherche d’un accueil authentique et familial se repère, ne se trompe pas et surtout ne soit pas trompé ?

Le bon plein de chaleur ou la petite étoile perdue, parmi tant d’autres, dans un firmament glacé et impersonnel ?

Si la Loi s’applique à tous, nous sommes, nous aussi, légalement constitués.
Au nom de la charte des Droits et Libertés, trop souvent piétinée par ceux qui seraient normalement en charge de la défendre, nous comptons bien poursuivre loin notre chemin, soucieux comme toujours de promouvoir partout la belle qualité de notre produit touristique : un produit à part entière, bien distinct de celui de l’industrie hôtelière.

Pierre PETIT
Au nom du Conseil d’Administration
de l’Association des Gîtes de la Gaspésie
et du Réseau des Gîtes Classifiés Québec, Canada

Copyright © 1999-2002 A.G.G. Tous droits réservés

Retour 
Retour à la page
principale